Les mauvaises gens, d'E. DAVODEAU

Les mauvaises gens, d'E. DAVODEAU

Résumé :

Etienne Davodeau vient d'une région catholique et ouvrière, les Mauges. Ses propres parents sont un parfait exemple de gens, dont l'éducation s'est forgée entre l'église et l'usine, mûs très vite par la volonté d'agir. Leur parcours et leurs aspirations sont ceux d'une France à la recherche de justice et de progrès social, de l'après-guerre à l'élection de Mitterrand.

 

L'avis de LaPACH :

Être communiste, catholique, ouvrier et syndicaliste dans la France rurale de l’après-guerre. Voici le portrait que nous trace Etienne Davodeau dans cette Bande Dessinée en noir et blanc publié en 2005. C’est le portrait de la  jeunesse des Mauges qui entre les années 50 et 80 a découvert le militantisme syndicaliste grâce à des prêtres ouvriers des JOC ( jeunesse ouvrière chrétienne) alors que les velléités n’étaient pas de mise dans cette région conservatrice coincée entre l’église et le patronat.

Une fresque historique et familiale passionnante sur l’émancipation d’une jeunesse rurale qui a abandonné les champs pour les usines. Les luttes et les espoirs que l’on vit de l’intérieur grâce aux souvenirs de l’auteur. Des dessins simples et précis, un récit documenté sans être soporifique. Etienne Davodeau sait parfaitement mettre en lumière la vie de gens simples sans en faire des « héros ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Hébergé par Overblog